CroixArles



Arles     


La vie dans le quartier Barriol




    Je vais faire un petit tour en arrière :
À la fin de ‘année il y aura 50 ans que je suis arrivé dans la région d’Arles :
Sambuc


Traversiere
       14 ans en Camargue au Sambuc, 
    


        32 ans au centre-ville d’Arles,   
                rue Traversière              
                   
     


        4 ans dans le quartier de Barriol,
                où je suis maintenant.



    Parfois on me demande « ou j’étais le mieux » ; je réponds que j’étais bien au centre-ville et que maintenant je suis bien à Barriol. 4 ans que je suis ici et je ne vois pas le temps passer. Je me sens bien, l’appartement ou je suis correspond bien à mon état de santé. Dans l’immeuble il y a 30 familles, il n’y a pas de bruit, tout le monde se salue et se respecte. On est bienveillant à mon égard, vu mon grand âge et aussi car je suis un monsieur avec une canne (ça en impose).

Bariol

    Dans le quartier je me sens bien et accepté, je connais beaucoup de monde, beaucoup de familles d’ouvriers agricoles qui étaient en Camargue et qui sont ici maintenant. J’aime bien ce quartier malgré quelques difficultés qui sont liées à la drogue.

AfficheFete
      
 
     J’ai de bons contacts avec les familles roms, une dizaine de familles sont dans le quartier souvent j’ai des visites de l’un ou de l’autre et parfois je fais la nounou pour trois enfants de 6 – 4 – 1 an, cela me permet de rester jeune.

**

Septembre 2020

Egola     Lundi 7 septembre, la maman des 3 petits est venue chez moi pour me demander de garder le plus petit qui a 1 an et s’appelle Égola, car elle avait un rendez-vous en ville avec une assistante sociale.
.
   Le plus petit est donc resté, il s’est mis à jouer avec une petite voiture et au bout de 10mn il s’est aperçu que sa maman n’était pas là, il s’est levé est parti dans le couloir et ne l’ayant pas aperçu, il a pleuré puis est parti jusqu’à la chambre.
 Jesus  Il a voulu entrer dans la chapelle, je lui ai donc ouvert la porte, il a aperçu le petit Jésus couché dans son berceau, il est allé vers lui, l’a pris dans ses bras et lui a fait un bisou. Je crois que le petit Jésus lui a souri et Égola s’est arrêté de pleurer, ensuite il a continué à jouer avec lui.
   À la fin je ne sais qui était le plus heureux ?
Dieu seul le sait…   Il est sorti avec le sourire.

**
Novembre 2020
EnfantsAujourd’hui j’ai eu la visite de Stuart 6 ans et de Sara 4 ans, les petits que je garde parfois quand les parents travaillent, Sara va raconter cette visite :
.
    « Bonjour papa, avec mon frère Stuart on est venu te dire bonjour. En chemin on a cueilli des fleurs jaunes pour toi, car tu aimes beaucoup les fleurs, dans ta maison il y en a beaucoup.
    Papa (Raoul) nous a préparé des céréales avec du lait, il a allumé la télé pour Stuart qui aime bien regarder les dessins animés et moi j’ai colorié mon livre de dessin, et papa est parti à la chapelle, car il n’avait pas fini sa prière quand on est arrivé.
    Quelques minutes après, j’ai été le retrouver à la chapelle, je me suis assis sur un petit banc et papa il est assis dans une grande chaise, car il a beaucoup mal à la jambe.
    Après je fais le signe de la croix… au nom du Père et du Fils et Esprit, et après je dis bonjour à Jésus et à Maria… Papa lui ne dit rien, il les regarde et écoute Jésus et moi je parle beaucoup avec Jésus. je lui dis :

.
    ‘‘Jésus, regarde mon père, ma mère, mon frère Stuart qui est un peu grand il a 6 ans et mon frère Egola lui il est petit il a un an, ils sont gentils et je les aime bien. Regarde aussi tous les papas et les mamans du quartier de Barriol où j’habite et tous les petits enfants, il y en a beaucoup. Des fois on joue ensemble et on va tous à l’école, et moi et Stuart on mange à la cantine.’’

.
    ‘‘Jésus, regarde les enfants qui sont grands comme mon cousin Gianni qui a 17 ans, eux ils jouent souvent à faire la guerre. Il y en a qui ont des pistolets et des carabines… alors des fois, il y en a qui tombent malades (blessés par des coups de carabine)… alors les pompiers et la police arrivent…
Basquettes Les pompiers emmènent ceux qui sont malades à l’hôpital et la police attrape un méchant mais pas tous, car il y en a qui s’en vont en courant vite, car ils ont des baskets aux pieds et les policiers ils ont que des gros souliers et ils sont un peu vieux, alors ils ne courent pas vite…
Ce que les méchants font ce n’est pas bien… ’’

.
    ‘‘Jésus, fais quelque chose pour que les enfants grands restent gentils. Papa me dit que c’est à cause de la drogue qu’ils font cela. Quand je traverse le quartier avec Stuart on a peur des méchants ; mais quand on est avec maman, on n’a pas peur.’’

.
    Quand on a fini de parler ou d’écouter Jésus on retourne dans la salle à manger.
Papa ne court pas, il marche doucement pourtant il a des baskets aux pieds mais il est vieux. Il va s’asseoir
7 familles dans le canapé et moi je retourne colorier mon livre.
.
   Stuart a préparé de la pâte pour faire des crêpes car il connaît tout.

  Après Stuart apporte les cartes et les dominos pour jouer avec papa. Stuart il Dominosveut toujours gagner car s’il perd il n’est pas content. Quand il y a longtemps qu’ils jouent ensemble, papa commence à fermer les yeux.
   Moi je dis à Stuart « surtout ne fais pas de bruit, papa va faire dodo; après je le réveillerai pour qu’il fasse cuire les crêpes ».

**

    Il y a 20 autres familles qui sont en HLM dans d’autres quartiers de la ville et les autres 30 familles sont dans deux camps différents (20 sur un camp et 10 sur un autre). Cela fait beaucoup de monde surtout que j’ai la charge de ‘‘papa’’ (du plus grand au plus petit) c’est mon nom ; en fin de compte je m’en sors pas si mal.
    Presque tous les hommes travaillent, soit dans la maçonnerie ou dans la logistique à 20km d’Arles (St-Martin de Crau) pour décharger les containers, ou soit comme préparateur de commande. Il y a quelques femmes qui travaillent dans ce même secteur (logistique).
    Les enfants vont tous à l’école, cela se passe très bien.
.
     Je fais toujours un peu partie du secours populaire. Quand le secours a fait toutes les distributions à ceux qui sont inscrits au secours et s’il reste des choses, ce qui arrive souvent, on m’appelle pour aller chercher les restes (de bons
restes) et je les distribue aux familles.

Raoul

Secours populaire


    Ma vie dans le quartier s’est d’être attentif aux uns et aux autres, essayer de vivre en paix et de porter dans la prière les joies et les peines de chacun
.
    Ma vie avec la paroisse. J’ose dire que je ne suis plus bon à rien ! Mais j’ai de bons contacts avec les sœurs, les prêtres et les paroissiens

.
    Je vais de temps à autre voir les frères de La-Roque, ça me fait du bien de les rencontrer.
.
    Ma santé se maintient ; mais souvent je suis souvent très fatigué, comme j’ai beaucoup de temps je me repose quand il faut.
  .
    Toute ma famille va bien, les plus âgés vont avoir 90 ans en novembre.

Bon Noël







Accueil | Nos Sources | Notre Histoire | Spiritualité | Fraternités | Nouvelles | Textes | Formation | Nos Liens